Close

5 mai 2015

Nos commissariats vont-ils devenir des « maisons de pré-retraite » pour policiers? (+vidéo)

Question orale de Madame Nawal Ben Hamour, Députée Fédérale, adressée à Monsieur Jan Jambon, Ministre de l’Intérieur, à propos de l’avenir des agents de police et des cadres logistiques au sein de la police.

Monsieur le Ministre,

Au même titre que les autres services publics, la police est directement impactée par les décisions de votre gouvernement. Et les fonctionnaires dénoncent des mesures qu’ils jugent irréalisables.

Entre autres choses, les policiers s’interrogent sur l’avenir des agents de police et des cadres administratif et logistique (calogs), en lien direct avec la gestion des pensions et fins de carrière.

En effet, vous avez évoqué la piste « d’un régime de fin de carrière avec un travail adapté ». Une notion on ne peut plus floue, complexe a mettre en oeuvre pour les zones de police, et qui pose la question de l’avenir du personnel logistique, rendu incertain par vos mesures.

Si « travail adapté » signifie « travail moins lourd » et implique des tâches plus administratives et moins opérationnelles sur le terrain, cela voudrait dire que ces missions rejoignent celles déjà prises en charge par les calogs.

Si « travail adapté » rime avec perte de salaire et avantages liés au statut opérationnel cela est pour nous inacceptable.

Je voudrais donc vous entendre, Monsieur le Ministre, sur les questions suivantes :

  • Qu’entendez-vous précisément par « travail adapté » ?
  • Parachutés dans un domaine de compétence qui n’est pas le leurs, ces fonctionnaires pourront-ils bénéficier de formations spécifiques ? Si oui, quel serait le montant du budget ? A charge de qui ?
  • Quel est le sort réservé aux calogs et agents de police qui verront leurs charges de travail considérablement diminuées voire, plus grave, leur utilité au sein des zones remise en cause. Avez-vous mesuré l’impact sur l’emploi les concernant ?

Merci, Monsieur le Ministre, pour vos réponses.

En réaction aux réponses du Ministre:

J’entends bien vos arguments, Monsieur le Ministre, mais mes craintes restent fondées en ce qui concerne les recrutements et l’avenir des agents Calog. Tout comme pour la notion de « travail adapté » en général qui pourrait, si on applique vos mesures, tout bonnement faire muer nos commissariats de police locaux en « maison de pré-retraite des agents opérationnels ». Assurément pas un cadeau a faire aux citoyens !