Close

29 août 2018

Les radios des policiers trop obsolètes!

Question orale de Madame Nawal Ben Hamou, Députée Fédérale, adressée à Monsieur Jan Jambon, Ministre de l’Intérieur, à propos du manque de matériel de télécommunication dans les services de police.

Monsieur le Ministre,

Vous savez, comme moi, qu’au cours d’une intervention de police, il est impératif que la communication entre policiers, et entre tous les protagonistes qui agissent pour la sécurité des citoyens, soit optimale.

Or, il apparaît que les radios utilisées sur le terrain soient, d’une part, trop peu nombreuses, et d’autre part, obsolètes. Il me revient en effet qu’à plusieurs reprises, certains policiers aient été envoyés en intervention sans pouvoir disposer d’une radio, par manque de moyens matériels. Quand la situation se présente, les fonctionnaires de police sont alors forcés par les circonstances, d’utiliser leur téléphone personnel.

Par ailleurs, les syndicats dénoncent le fait que certaines de ces radios ne permettent pas d’assurer la communication le temps d’une patrouille complète. Les policiers seraient donc amenés à rentrer au commissariat pour charger la batterie de ces radios, avant de continuer les missions qui leur sont assignées.

Mes questions sont les suivantes :

-Etes vous au courant de ce manque de matériel ? Pouvez-vous quantifier les besoins en la matière ? Et surtout, si la situation est avérée, de quelle façon comptez-vous y remédier ?

-Les syndicats déplorent le mauvais état des radios. Quand ont-elles été renouvelées ? Font-elles régulièrement l’objet de mise à jour ou de contrôles techniques ?

-Des policiers utiliseraient leur téléphone personnel en raison du manque de matériel, avec toutes les conséquences que cela peut entrainer sur les interventions et sur la sécurité des intervenants et des citoyens. Une situation directement imputable au manque de moyens, que nous dénonçons depuis longtemps. Alors, comptez-vous attribuer plus de moyens aux services de police afin qu’ils disposent de matériel de télécommunication fiable ?

Merci, Monsieur le Ministre, pour vos réponses.

 

REPONSE DU MINISTRE

Chaque corps de police (chaque zone de police et chaque direction générale de la police fédérale) est souverain pour acquérir le nombre de radios qu’il juge nécessaire à l’accomplissement de ses missions. En particulier, la police fédérale a augmenté son parc suite aux attentats de mars 2016.

Il y a actuellement plus de 25.000 radios Astrid activées au niveau de la police locale et plus de 5.500 radios Astrid activées au niveau de la police fédérale.

Mes services en charge des radios au niveau de la police fédérale n’ont pas reçu d’information faisant état d’un manque de matériel.

S’il était avéré qu’un corps n’a pas investi suffisamment dans son parc radio, ou que de nouveaux besoins ont vu le jour, c’est au Chef de corps qu’il revient d’y remédier.

Il est à noter que, pour des besoins ponctuels (course cycliste, événement planifié exceptionnel…), mes services disposent d’une réserve opérationnelle d’environ 80 radios qui peut être mise gratuitement à disposition des services qui doivent faire face à un besoin limité dans le temps.

 

Question 2 :

Chaque corps de police est responsable du renouvellement et de la maintenance préventive et corrective de son parc de radios.

Au premier rang des pièces à remplacer régulièrement se trouve la batterie (3 ans maximum de durée de vie).  Si les batteries ne sont pas remplacées à temps, les radios ne permettront plus d’assurer la communication le temps d’un shift complet.

En fin de compte, arrivera le moment où le fabriquant ne produira plus la radio et ne la supportera plus.  Il faut, au plus tard à ce moment, que le parc ait été totalement renouvelé pour éviter d’utiliser des radios qui ne peuvent plus être réparées ou qui ne peuvent plus suivre l’évolution technique. Suivant cette règle, la Police Fédérale prévoit de renouveler la majeure partie de ses radios portables entre 2019 et 2022.

D’autre part, mes services assurent l’adéquation entre l’évolution des standards policiers de radiocommunication et la configuration des radios policières. Une reprogrammation est actuellement en cours au niveau de notre police intégrée.  A cette occasion, mes services ont constaté que certains corps devaient remplacer les batteries de leurs radios et leur en ont fait la recommandation.

Question 3 :

Tous les policiers disposent maintenant, au travers de l’Internet, de nouveaux moyens de communication. Ceux-ci sont mis à leur disposition via une licence Microsoft SPE individuelle qui j’ai fait acquérir sur base des budgets IDP. Les applications Skype for business et Teams sont ainsi utilisées aujourd’hui opérationnellement par la police. Cela se fait de façon progressive. Dans un futur proche, la police disposera également de l’application FOCUS qui permettra aussi une certaine forme de communication. Les services de police consacrent donc maintenant une partie de leurs ressources à l’acquisition de smartphones et de tablettes permettant l’utilisation des applications précitées. Mais vu les considérations évoquées précédemment, l’acquisition de cet équipement ne pourra se faire que graduellement et à une vitesse différente d’un corps à l’autre.