Close

27 juin 2018

Le lait maternel, on jette ou on redistribue?

Question orale de Madame Nawal Ben Hamou, Députée fédérale, à Madame Maggie De Block, Ministre des affaires sociales et de la santé publique, à propos des lactariums et dons de lait maternel.

Madame la Ministre,

J’ai récemment été interpellée par une jeune maman dont le bébé a dû être accueilli au service de néonathologie d’un hopital wallon. Durant une semaine, elle a été séparée de son bébé, et convaincue du bienfait du lait maternel, elle n’a eu de cesse d’entretenir sa propre lactation à l’aide d’un tire-lait, sans pouvoir donner ce lait à son enfant alors nourri par sonde gastrique.

Stockés quelques jours, ce lait a finalement terminé à la poubelle, l’hôpital estimant qu’il lui était impossible d’en faire don à d’autres nouveaux-nés.

Pourtant, début juillet 2015, le lactarium du CHR de la Citadelle à Liège dont les réserves de lait maternel étaient épuisées, lançait un appel urgent aux dons. Toute maman en bonne santé qui allaitait son nouveau-né pouvait ainsi faire un don du surplus de lait au lactarium afin d’en permettre la redistribution sous prescription médicale à certains enfants malades ou prématurés.

Madame la Ministre,

En sachant que les bienfaits du lait maternel ne sont plus à prouver et que les dons de lait peuvent être précieux pour de nouveaux nés, mes questions sont les suivantes :

 

  • Quelles sont actuellement les conditions et normes qui permettent dons, stockage, conservation et distribution de lait maternel dans les hôpitaux ?
  • Vers qui les jeunes mamans peuvent-elles se tourner afin de faire un don de lait si l’hôpital dans lequel elle se trouve n’a pas les moyens de recueillir ce don ? Existe-t-il une information suffisante à cet égard ?
  • Existe-t-il un cadastre des lactariums, qui permettrait un contrôle des stocks et une meilleure collaboration entre ceux avec un surplus et ceux en déficit de lait maternel ?
  • Vous indiquiez, en 2015, qu’un groupe d’experts avait été mandaté auprès du Conseil supérieur de la Santé pour remettre un avis sur la question des banques de lait. Qu’en est-il à ce propos ?

Je vous remercie pour vos réponses.

 

Réponse de Maggie de Block, Ministre de la Santé: 

Il n’y a pas de normes belges en la matière, ni de lactariums reconnus comme tels.

Les différents prestataires de soins, en particulier les sages-femmes, sont formés pour informer correctement les femmes au sujet de l’allaitement.

A cet égard, je soutiens plusieurs projets destinés à soutenir l’allaitement en maternité et en néonatologie et à augmenter les connaissances des professionnels des soins de santé en la matière.

Par exemple, les projets ‘Initiative Hôpital Ami des Bébés’(IHAB) et ‘soins de développement’, visent, par le biais d’un label de qualité international et de formations spécifiques, à promouvoir l’allaitement maternel et la proximité mère-nouveau-né dans les institutions de soins, en maternité et en néonatologie.