Close

13 juin 2018

Comment est organisée la sécurisation du prémétro et métro bruxellois ?

Question orale de Madame Nawal Ben Hamou, Députée Fédérale, adressée à Monsieur Jan Jambon, Ministre de l’Intérieur, à propos de la sécurisation des agents STIB lors des contrôles des titres de transport.

Monsieur le Ministre,

Ce 22 avril, un contrôle de titres de transport à dégénéré dans la cité de Peterbos à Anderlecht. Trois agents de la STIB ont été agressés par un groupe de jeunes gens. Les agents sont blessés, et aucun suspect n’a encore été inquiété.

Voilà qui pose, à nouveau, la question de la sécurité lors de ces actions de contrôle. Pour rappel, votre prédécesseur avait en 2012 renforcé la présence policière dans ce cadre, suite au décès d’un superviseur de la STIB. Deux ans plus tard, la police fédérale devait retirer 46 policiers dans le prémétro et le métro bruxellois pour des raisons budgétaire.

Mes questions sont les suivantes :

Comment est organisée la sécurisation du prémétro et métro bruxellois ? Combien d’effectifs policiers sont mobilisés ? Quel budget y est alloué en ce qui concerne la police fédérale ?Les récents événements pourront-ils permettre une meilleure sécurisation ? Que prévoyez-vous en ce sens ?

Merci, Monsieur le Ministre, pour vos réponse.

 

Jan Jambon, Ministre: Chère Collègue, en réponse à votre première question, je vous renvoie aux éléments que je vous ai déjà communiqués en séance plénière du 26 avril dernier.   

Pour rappel des faits, dans la soirée du 22/4, les agents de la STIB ont procédé à un contrôle de routine de 3 particuliers sur le Boulevard Maria Groeninckx-De May. Un de ceux-ci a refusé de présenter ses documents et s’est montré agressif envers le personnel des transports. Un groupe de jeunes à proximité est intervenu en renfort et s’en est pris physiquement à 3 agents.

La décision du 09-04-2012 de la Ministre de l’Intérieur, Madame Milquet, faisait état, notamment de renforts STIB mais également policiers. Ces renforts se concrétisaient par :

100 effectifs supplémentaires à la police fédérale des chemins de fer ;

250 effectifs supplémentaires dans les zones de police ;

30 mio € dédiés à la STIB pour une série de mesures, dont le recrutement d’agents supplémentaires.

Il est difficile d’affirmer que d’autres zones sont également confrontées au même type de problèmes. Chaque problématique est spécifique en termes de lieu et de circonstances et la police locale doit avant tout rechercher une solution sur mesure. Elle peut toujours faire appel au soutien de la police fédérale dans ce cadre.

En particulier à Bruxelles, les membres de la plateforme transports en commun de Bruxelles œuvrent à une collaboration intégrée et intégrale pour la sécurité des transports en commun à Bruxelles, tant sur le plan stratégique que sur le plan opérationnel.