flics

Quel avenir pour le community policing ?

Question de Nawal Ben Hamou au Ministre de l’Intérieur concernant le cours de « community policing » de la police fédérale :

Il me revient que le cours de community policing dispensé aux candidats policiers aurait été supprimé du cursus au sein de l’École Régionale et Intercommunale de Police, suite à une décision fédérale, me dit-on. La notion de « fonction de police orientée vers la communauté » est l’interprétation belge du community policing, elle se pose comme l’un des fondements du fonctionnement de la police intégrée dans notre pays. Ce sont d’ailleurs les termes employés dans la communication pour la promotion de l’emploi au sein de la police sur www.jobpol.be. Le community policing est le résultat d’une politique et d’une stratégie axées sur une lutte plus efficace contre la criminalité, une diminution du sentiment d’insécurité, une augmentation de la légitimité de la police et une plus grande participation de la population dans le processus décisionnel. 1. Le cours de community policing dispensé aux candidats policiers a-t-il été effectivement supprimé? Êtes vous à l’origine de cette décision? 2. a) Quelles sont les raisons de cette suppression? b) Avez-vous mesuré l’impact de cette décision sur la formation des fonctionnaires de police et sur leur comportement une fois sur le terrain? 3. Cette notion indispensable au fonctionnement de police est-elle menacée par une nouvelle vision de la fonction de police? Quel avenir pour le community policing?

Réponse du Ministre de l’Intérieur :

1.
Il ne s’agit pas d’une suppression mais d’une prise en compte du « Community policy » ou la « fonction de police orientée vers la communauté », de façon transversale dans tout le programme de formation plutôt que linéaire au sein d’un seul cours.
Dans l’ancien programme de formation, la « Fonction de Police Orientée vers la Communauté (FPOC) était l’intitulé d’un cours spécifique, pas nécessairement envisagé de façon transversale pendant toute la formation.

Dans le nouveau programme démarré le 1er octobre 2015, la FPOC constitue plus qu’un simple cours, il s’agit maintenant de l’un des objectifs transversaux du programme inscrits dans le manuel du plan d’apprentissage.

En conséquence, de manière générale, tous les clusters (et tous les chargés de cours) du programme incluent ces objectifs transversaux (rappelés d’ailleurs dans le même cadre directement placé à la suite de chaque intitulé de cluster dans le manuel du plan d’apprentissage).

La FPOC fait donc partie intégrante et est même plus renforcée dans le nouveau programme de cours donné aux aspirants à l’ERIP ainsi que dans les autres écoles agréées accueillant les aspirants inspecteurs en formation de base.
Comme déjà mentionné, le but est de prêter plus d’attention aux principes de base d’une « police orientée vers la communauté », via une approche transversale dans chaque cours. Un groupe de travail composé notamment de toutes les écoles, de la commission permanente de la police locale et de la direction de la formation a revu le programme de formation de base dans son ensemble.
Ceci a abouti à un Arrêté Royal sur la formation de base qui est sorti en septembre. Ce fut donc une décision concertée et avalisée par toutes les instances (politiques, policières et syndicales).
2 a.
Il n’a y pas de suppression, au contraire.

2 b.
Etant donné que le nouveau programme a débuté le 1er octobre 2015, nous n’avons pas encore mesuré l’impact de la transversalité nouvelle de « la fonction orientée vers la communauté » dans l’entièreté du programme de formation ni l’impact sur le comportement des fonctionnaires de police une fois sur le terrain.

Cela fera partie de l’évaluation globale à réaliser après au moins un an de formation soit en octobre 2016.

3.
Non, pas du tout. Le concept d’une police orientée vers la communauté demeure la philosophie de la fonction de police. Sa transversalité au sein du nouveau programme de formation de base du cadre de base en est un exemple très concret. Il sera donc encore plus appliqué et concrétisé dans les différentes modules et matières de la formation de base.
Le concept en lui-même n’est pas du tout mis en cause. Je travaille dans le cadre déterminé par l’accord Octopus et les directives CP1, CP2.
Je souhaite une police qui est très performante, moderne et adaptée aux défis d’insécurité et de criminalité que notre société actuelle vit. Je vise une police qui contribue à notre société sûre et vivable, diverse et démocratique. Je ne souhaite pas instaurer un nouveau modèle de police.