Nawal Ben Hamou citée dans un article de la DH au sujet de la prostitution alimentaire

Le quotidien francophone « La DH » a publié un article le mercredi 16 Novembre au sujet de la prostitution alimentaire, reprenant ainsi la question posée par Nawal Ben Hamou à la secrétaire d’état à la lutte contre la pauvreté Elke Sleurs. 

L’article explique que près d’un enfant sur trois vit sous le seuil de pauvreté en Belgique, et que 23% des parents ont du mal à boucler leurs fins de mois. Cette précarité pousse parfois les mères à recourir à la prostitution pour payer leurs factures et faire vivre leurs enfants, et parfois même en plus de leur propre travail.

Nawal Ben Hamou a interpellé la secrétaire d’état à ce sujet, mais pour cette dernière il n’existe aucun chiffre exact sur le nombre de mamans obligées de recourir à la prostitution alimentaire.

Pour l’association l’Espace P qui défend les droits des prostituées, il n’existe pas vraiment de différence entre la « prostitution classique » et la prostitution alimentaire, car dans la grande majorité des cas, la prostitution est d’office alimentaire. Mais pour un salon de massage bruxellois qui recrute des « hôtesses », la situation a totalement changé en 10 ans. En effet, selon le directeur, de plus en plus de mères de familles deviennent « hôtesses » en plus de leur travail pour gagner un peu plus d’argent.

La prostitution alimentaire
additionnée à la précarité est donc une réalité que l’on doit désormais prendre en compte en Belgique.

http://nawalbenhamou.be/cette-precarite-qui-mene-a-la-prostitution-alimentaire/