Les agents de police patientent, les inspecteurs triment…

La menace terroriste qui pèse sur notre pays avec, comme première cible annoncée, les fonctionnaires de police, bouscule complètement l’organisation des services de police dans nos rues.  Ainsi, si les services de la Défense sont annoncés en appoint dans certaines zones, les agents de police non-armés, habituellement à la circulation, la réception des plaintes diverses et à l’accueil des citoyens, eux, voient leurs missions stoppées net.

Certains agents non armés, dans l’impossibilité de se défendre face à une attaque concrète, ont reçu pour consigne de ne plus arpenter les rues. Les services des commissariats considérablement diminués notamment en termes d’heures d’ouverture, et l’accueil des citoyens s’en ressent considérablement.

Certains points stratégiques sont donc désormais sous haute protection tandis que d’autres missions pourtant essentielles à la régulation de notre système sécuritaire sont délaissées. Sans compter que les agents de police sont autant de fonctionnaires mis en « stand-by ». Un gaspillage de forces vives dénoncés par les agents eux-mêmes qui se voient parfois obligés de patienter alors que la sécurité de nos citoyens est mise à mal.

D’autre part, tandis que les agents non armés sont privés de missions, d’autres, comme les inspecteurs de police –armés, eux- doivent pallier au manque d’hommes sur le terrain. Les gardes au sein des commissariats sont donc, de cette façon, elles aussi, bousculées et la charge de travail des inspecteurs multipliée.

Il est impératif que, dans le contexte actuel, la sécurité soit renforcée à l’égard des attaques potentielles, mais certainement pas au détriment des citoyens qui doivent pouvoir compter sur les autorités, plus encore en ces temps troublés. Ni même au détriment des autres corps de police qui, en plus d’être en première ligne face à la menace, doivent faire face à une surcharge de travail et une inégalité des répartitions des missions.

Une situation exposée en commission par la Députée Fédérale Nawal Ben Hamou dans une question jointe au Député Willy Demeyer, adressée au Ministre Jambon. Très prochainement, la Parlementaire rebondira sur la réponse insuffisante du Ministre et lui adressera une autre demande sur cette même problématique.

En attendant, découvrez ici la question jointe et la réponse du Ministre en cliquant sur ce lien (page 49-50): missions des policiers