printtestbandeau

Journée Internationale des Droits des Femmes: il y a du pain sur la planche!

En tant que mandataire politique, comme beaucoup de mes collègues, j’utilise les réseaux sociaux pour permettre aux citoyens de me contacter rapidement. Je suis à leur service pour répondre à des questions précises, les aiguiller, entendre leurs revendications et les informer du travail réalisé dans le cadre de mes fonctions. Mais trop souvent, ma messagerie privée (liée à mes comptes professionnels) sur Facebook se transforme en une véritable succursale de Tinder!

De jolis compliments ponctuent parfois certaines conversations sérieuses, rien de grave. Je réceptionne même de véritables déclarations d’amour, bon, un peu gênant. Mais quand ce sont des messages irrespectueux, quand ils se font insistants, que le seul objectif de cette prise de contact (censée être professionnelle pour moi) est de connaitre mon état civil et qu’à coups de « t’es belle » certains s’acharnent à vouloir décrocher un rendez-vous au restaurant ou ailleurs. Quand j’ai terminé de répondre, pour la cinquième fois de la journée que, oui, je suis une femme mariée et que, non, mon profil Facebook n’a pas pour utilité d’attirer en masse les dragueurs invétérés. Quand l’ensemble de mon travail en tant que Parlementaire est complètement éludé au profit de caractéristiques physiques que certains hommes se donnent le droit de juger et de commenter par message espérant une réaction de ma part. Et quand finalement, dans certains messages ma qualité de Députée est conditionnée à ma façon de répondre ou pas aux invitations de ces hommes, je prends conscience, plus que jamais, de l’utilité de la journée internationale des droits des femmes et du combat féministe de manière générale.

Le sexisme n’en est pas moins insultant parce qu’il prend la forme d’une boutade, d’une invitation ou de compliments à la chaîne.

Aujourd’hui, 98% des femmes belges ont déjà été victimes de harcèlement de rue une fois dans leur vie. 50% des femmes belges ont déjà subi des caresses ou des attouchements de la part d’inconnus dans l’espace public.69% des femmes belges ont déjà été suivies dans la rue par un homme ou un groupe d’hommes et se seraient senties en danger, selon une étude mondiale réalisée par l’université de Cornell. Que dire encore des inégalités en termes de représentativité dans les CA des grandes entreprises, dans les hémicycles, dans les fonctions telles que la police, de ces lois qui impactent directement les femmes et les affaiblissent dans ce combat égalitaire…

Le 8 mars, c’est la Journée Internationale des Droits des Femmes, ne vous contentez pas d’une fleur ou de chocolats Messieurs, offrez votre respect et œuvrez pour l’égalité.

visuel femmes 2