DSC_0232

Interpellation de la Secrétaire d’Etat à l’Egalité des Chances et à la Lutte contre la Pauvreté au sujet du « sugardating » et de la prostitution étudiante

Retrouvez ci-dessous le lien vers la vidéo où j’interpelle la Secrétaire d’Etat à l’Egalité des Chances et à la Lutte contre la Pauvreté sur le « sugardating » et la prostitution étudiante 

 

Nawal Ben Hamou (PS): Madame la secrétaire d’État, avant, quand on était aux études, les week-ends, on tenait la caisse à l’épicerie du coin ou on distribuait les journaux. Aujourd’hui, on se prostitue.

J’espère que, tout comme moi, vous avez été choquée par la publicité faite par le site de rencontres RichMeetBeautiful.com. Vous le savez sûrement, il s’agit de grands panneaux publicitaires qui incitent les jeunes étudiantes à s’inscrire sur ce site internet pour améliorer leur style de vie. Ce site, qui se présente comme un site de rencontres classique, n’est rien d’autre que de la prostitution déguisée.

Loin de moi l’idée de faire de la publicité pour ce genre de sites, ni de juger les jeunes filles qui ont décidé de s’y inscrire. Ce qui m’amène aujourd’hui à prendre la parole et à vous questionner, ce sont les raisons pour lesquelles ces étudiantes vendent leurs charmes. Lorsqu’on leur pose la question, elles vous répondent clairement qu’elles n’arrivent plus à payer leurs études, qu’elles ont de plus en plus de mal à assumer leurs factures, leur logement, leur minerval; et il faut manger aussi, et se vêtir. Le fond du problème, et ce qui nous préoccupe, c’est la précarité croissante dans laquelle vivent nos étudiants. Sans oublier que ce style de vie entraîne aussi une grande insécurité. Ces femmes peuvent se retrouver dans des situations potentiellement dangereuses. Nous ne pouvons pas fermer les yeux et faire comme si de rien n’était. En tant que jeune femme, je me sens plus que concernée. Quel avenir et quelle dignité offrez-vous à ces jeunes femmes?

Plusieurs ministres de la Fédération WallonieBruxelles ont pris leurs responsabilités en se constituant parties civiles au pénal pour incitation à la débauche et à la prostitution. Des bourgmestres ont fait interdire ce genre de panneaux publicitaires sur leur territoire. Par contre, de votre part, je n’ai vu aucune réaction. Rien du tout. Vous êtes secrétaire d’État à l’Égalité des chances, mais aussi à la Lutte contre la pauvreté. Comme je l’ai dit, c’est le vrai problème ici. Vous avez un rôle essentiel à jouer. Pourtant, depuis votre prise de fonctions, votre action dans ces domaines semble inexistante. Madame la secrétaire d’État, je n’ai qu’une question à vous poser: allez-vous également prendre vos responsabilités dans ce dossier?

 

Réponse de Zuhal Demir, secrétaire d’état: Monsieur le président, madame Ben Hamou, je ne mentionnerai pas le nom de l’initiateur de cette histoire. Il ne s’est pas présenté hier au rendezvous. Par ailleurs, il n’est pas nécessaire de lui offrir une promotion supplémentaire pour son concept. Les médias et les politiciens se marchent sur les pieds afin de faire de la publicité pour son site web. Hier, la secrétaire d’État bruxelloise était présente. Mijn eerbare collega Els Van Hoof insinueerde zelfs dat mijn voorzitter ontucht normaal vindt omdat mevrouw Homans en ikzelf de hetze tegen de sugardaddycampagne niet wilden meevoeren. Dat wil ik nog steeds niet, laat mij hier heel duidelijk over zijn. Wat wij de afgelopen dagen hebben gezien is de beste marketing die deze man zich kon voorstellen. De hetze tegen de campagne was de campagne. Ik zal hier dan ook heel kort over zijn: websites als deze, advertenties die seks aanbieden tegen betaling, dubieuze datingsites, ze bestaan al veel langer.

Madame Ben Hamou, aujourd’hui même dans La Dernière Heure, vous pouvez lire: « Service érotique complet à Ixelles », « Jardin secret ouvre ses portes », « Elles font la totale ». Chaque jour, vous retrouvez ce genre d’annonces dans la presse.  Dat bestaat en doet zich voor, elke dag opnieuw, zonder dat ik daarover een collectieve politieke verontwaardiging merk. Zij staan dagelijks in de kranten, die meisjes, en er worden er voortdurend nieuwe gezocht, geruisloos. Het enige grote verschil is misschien dat de sugardaddycampagne gericht is tot jonge studentes, jonge vrouwen, van wie ik ervan uitga dat zij sterker en mondiger zijn dan de buitenlandse en vaak kansarme dames in de krantenadvertenties en achter de ramen.

Ter bescherming van de studentes werd een oproep gelanceerd om de affiches te verbieden, zoals mijn collega Debaets aankondigde, maar voor de meer reguliere prostituees wordt gepleit voor de bouw van een megabordeel. Dat vind ik selectieve verontwaardiging ten voordele van dubieuze koppelaars. Ik maak mij meer zorgen om studentes op de middelbare school die in handen vallen van loverboys. Onze regering, collega Geens en ik, maken ter zake geld vrij voor organisaties als Payoke.

En tant que femme politique, je veux être claire: cette campagne publicitaire est de mauvais goût! De enige vraag bestaat erin wat wettelijk toegelaten is. Daarop heeft collega Geens geantwoord en dat wordt ook onderzocht.

Réplique de Nawal Ben Hamou, députée fédérale: Madame la secrétaire d’État, vos réponses sont indignes d’une secrétaire d’État à l’Égalité des Chances et à la Lutte contre la Pauvreté! Comme je l’ai dit – mais peut-être n’avez-vous pas écouté? –, il ne s’agit pas de faire de la publicité pour ce genre d’entreprise. Le fond du problème, c’est la précarité de ces jeunes. Visiblement, vous n’en avez que faire et vous avez décidé de fermer les yeux!