Des stands de tirs toujours pas aux normes à Bruxelles

entrainement tir police

Question de Madame Nawal Ben Hamou, députée à Monsieur Jan Jambon, Ministre de l’Intérieur, au sujet de la non conformité des stands de tir.

Monsieur le Président, Monsieur le Ministre.

J’aimerais revenir sur le sujet des stands de tir. Dans un article publié le 17 novembre, le quotidien la Capitale révélait qu’un accident avait eu lieu au centre de tir du Palais de Justice de Bruxelles. Un policier expérimenté avait été touché au cou par un éclat de projectile. La cause de cet incident serait liée au revêtement de sol, dont l’épaisseur serait passée de 6 millimètres à 3 millimètres pour des raisons d’économies.

Cet incident met encore plus en lumière le fait que plusieurs centres de tir ne sont toujours pas aux normes en Belgique, ce qui expose constamment les policiers au danger. Je vous avais déjà fait part de mon inquiétude à ce sujet, mais aussi au sujet du manque de stands de tir dans sur notre territoire.

L’année dernière vous m’aviez indiqué qu’il y aurait 6 stands de tir disponibles à Bruxelles pour le début de l’année 2016 mais je constate qu’il n’en est rien. D’ailleurs, le stand de tir de la rue Royale à Bruxelles, construit en 2014, est toujours inutilisable pour des raisons de non-conformité aux normes de sécurité ! Entre ce déficit de stands et l’état de ceux qui sont effectivement utilisés, c’est autant la sécurité des policiers que celle des citoyens qui est mise en danger. On se demande combien d’autres incidents il faudra encore pour vous voir réaliser les investissements nécessaires.

Monsieur le Ministre,

  • Comptez-vous enfin investir dans ces centres pour remédier aux problèmes de sécurité?
  • Et pourquoi décider de faire des économies alors que l’importance et la nécessité de ces centres n’est plus à prouver ?
  • Quand le centre de la rue Royale pourra-t-il enfin être ouvert?
  • Comptez-vous prochainement ouvrir d’autres centres?

Réponse de Jan Jambon, Ministre de l’Intérieur 

Permettez-moi de commencer par corriger les informations en votre possession. L’accident de tir rapporté ne l’a pas été en raison du type de revêtement de sol mais constitue le résultat d’une combinaison de facteurs. Les exercices de tir réalisés l’étaient à une distance plus courte qu’habituellement, soit moins de 7 mètres, ce qui présente un facteur de risques plus élevé mais reste un entrainement absolument nécessaire pour les membres opérationnels des services de Police. A cela s’ajoute le fait que l’entretien du stand de tir, lors duquel les rideaux anti-retours en linatex devaient être renouvelés, devait avoir prochainement lieu, ce qui aurait pu également permettre de limiter le risque d’un retour de fragment.

En outre, le revêtement de sol n’a pas fait l’objet d’une modification visant à en réduire l’épaisseur.

Par ailleurs, je me dois d’attirer votre attention quant au fait que la Police Fédérale applique des standards plus élevés que ce qui prévaut dans le secteur privé en matière d’aménagements de stands de tir. Cette application de standards plus élevés s’explique par la spécificité liée au tir policier.

Quant au stand de tir de la rue Royale à Bruxelles, permettez-moi de vous rappeler que le stand de tir répond intégralement aux exigences émises dans le cadre du permis d’environnement pour lequel les pompiers ont remis un avis contraignant en matière de classe de résistance et de réaction au feu des matériaux utilisés dans le stand de tir. A cet égard, le stand de tir répond intégralement aux dispositions exigées en regard des normes incendie. Elles ont toutefois eu pour conséquence l’installation d’un revêtement de sol provoquant des risques de ricochet en cas de tir à la verticale par un membre des services policiers.

La Police Fédérale a communiqué à mon Cabinet une proposition de masterplan infrastructure dédié aux stands de tir, élaboré sur base d’une étude de capacité et formulant des propositions concrètes pour l’aménagement de nouvelles capacités en stands de tir.L’exécution concrète sera liée au masterplan infrastructure, afin de pouvoir procéder à ces aménagements dans le cadre des grands regroupements des services de Police opérés dans la plupart des arrondissements.

La Régie des Bâtiments a investi ces dernières années dans des rénovations importantes des stands de tir de la Police Fédérale à Bruxelles. Les stands de tir du complexe Géruzet ont fait l’objet de rénovations somme toute importantes, ce qui a permis la réouverture du stand ayant connu un incendie en 2010 et depuis lors inutilisable.Un troisième stand de tir a fait l’objet de rénovations, au sein du complexe De Witte De Haelen, ce qui a permis aux services de Police de continuer à en faire usage. Le stand de tir du complexe Stéphanie à Laeken connaîtra également une rénovation importante, ceci afin de permettre son utilisation pour les quinze (15) prochaines années, en corollaire avec ce que permet le permis d’environnement.

Et, en dépit du fait que le stand de tir de la rue Royale ne soit pas encore opérationnel compte tenu de la recherche d’une solution permettant d’allier les normes incendie avec les exigences de sécurité pour les utilisateurs par rapport aux incidents ou accidents de tir potentiels, il convient de considérer que l’investissement pour l’aménagement du stand de tir avait bel et bien été consenti.A l’heure actuelle, je ne peux m’engager sur un délai considérant le fait que les discussions menées nécessitent de trancher entre, d’une part, le respect strict de normes incendie déterminées par les pompiers et, d’autre part, sur les exigences légitimes formulées par les services de Police pour garantir l’installation de matériaux, et notamment un revêtement de sol, limitant autant que possible les risques d’un ricochet.Comme mentionné précédemment, le masterplan proposé par la Police Fédérale en matière de stands de tir prévoit effectivement une augmentation de la capacité propre de la Police Fédérale. Cette évolution se fera toutefois graduellement, dans le cadre de l’implémentation du masterplan infrastructure.