Close

17 janvier 2018

Comment la police gère-t-elle les réseaux sociaux?

Question de Nawal Ben Hamou, députée fédérale à Monsieur Jan Jambon, Ministre de l’Intérieur, au sujet de l’impact des réseaux sociaux sur le travail de la police

Avec les nouvelles technologies et le développement des nouveaux médias, la vie s’organise de plus en plus autour des réseaux sociaux. Ceux-ci deviennent de réels outils de communication. La plupart des zones de police l’ont compris, développant leur propre page Facebook ou compte Twitter. Notamment pour la promotion des actions de sensibilisation, prévention, etc. Cela dit, les citoyens ont adopté ce moyen de communication au point de délaisser les communications téléphoniques y compris pour les demandes d’interventions policières. Certaines, parfois urgentes. Ainsi, il n’est pas rare de voir que des zones de police soient averties d’un accident ou d’un agissement suspect par la messagerie Facebook. Un nouveau type de comportement qui doit être pris en compte dans la gestion des demandes d’intervention.

1. Comment sont gérés les réseaux sociaux liés aux zones de police? Du personnel est-il détaché spécifiquement pour cette tâche?

2. Comment sont prises en compte les demandes d’interventions via ce nouveau canal? Cela implique-t-il une réorganisation du dispatching?

3. Disposez-vous de statistiques afin de savoir s’il s’agit d’un phénomène important qui pourrait pousser la police à revoir son mode de fonctionnement?

 

Réponse de Jan Jambon, Ministre de l’Intérieur

A ce jour, un nombre très limité de zones de police ont un compte Facebook/Twitter. Ces comptes servent exclusivement à une communication adressée au public majoritairement local (annonce événement, contrôle, accident de circulation, travaux routiers, conseils, information de prévention …). Ces comptes sont gérés par le service communication de la zone de police qui reprend ce suivi dans leurs tâches quotidiennes, pendant les heures de bureau et sont également accessibles via le site internet www.police.be.

Les demandes d’interventions des citoyens se font uniquement par téléphone, via le 101. Ce qui est également mentionné sur le site web de la police locale. Facebook mentionne dans ces conditions d’utilisation : « …que tout utilisateur ayant connaissance d’une situation d’urgence doit contacter immédiatement et directement les autorités locales compétentes. » Quant à Twitter, les zones de police indiquent sur leur page « PAS d’appels urgents via ce canal. Pour les urgences, veuillez former le 101. »

La commission permanente de la police locale ne dispose pas de statistiques nationales sur ce thème.